Une équipe du service de chirurgie maxillo-faciale de l’Hôpital G. de Chauliac à Montpellier a publié un article sur une prise en charge après injections de comblement permettant d’optimiser les résultats esthétiques, d’éviter les complications et notamment la formation de nodules, mais aussi d’harmoniser la répartition du produit injecté. La prise en charge kinésithérapique post-injectionnelle a été initialement mise au point dans le service dans le traitement des pertes de volumes consécutives à la trithérapie. D’importantes quantités de produit sont alors injectées avec un risque important de formation de granulomes. Les manœuvres, inspirées par le traitement de la fibrose cicatricielle, ont permis de réduire considérablement l’apparition de nodules et de zone de fibrose. Cette association injecteur/kinésithérapeute a donc été étendue aux patients en esthétique faciale. Cette prise en charge comprend des manœuvres manuelles ainsi que l’utilisation de la technologie LPG®.

 

Produits de comblement

En France, 300 000 injections de comblement à visée esthétique sont effectuées chaque année. Ces injections sont destinées à faire disparaître les rides et combler les pertes de volumes en utilisant différents produits:

  • L’acide hyaluronique : C’est actuellement le produit de comblement résorbable le plus utilisé. Il retient l’eau et se mélange à l’acide hyaluronique du derme avec une durée de vie plus ou moins longue en fonction de sa viscosité (6 à 8 mois). Celle-ci est choisie en fonction de la profondeur d’injection et de l’effet recherché (comblement de rides, effet volumateur).
  • L’acide polylactique : C’est un produit de comblement longue durée indiqué pour des injections en profondeur. L’effet volumateur est progressif et ne devient effectif qu’au bout de quelques mois.
  • La graisse autologue : Le principe est de réaliser une véritable autogreffe de cellules graisseuses par réinjection de la graisse prélevée sur le patient lui-même (lipofilling).

 

Quel que soit le type d’injection, les complications, les plus fréquentes sont des ecchymoses, un érythème, une douleur et des granulomes.

 

iStock-1212192182

 

En pratique :

La technique de ce service de chirurgie maxillo-faciale associe des massages à des drainages lymphatiques. Il est important que le masseur-kinésithérapeute connaisse la nature des autres produits injectés et la localisation exacte de la zone à traiter afin de se conformer aux schémas de l’injecteur. Si le kinésithérapeute est présent lors de l’injection, il pourra réaliser une séance immédiatement après. Les jours suivants, il pourra réaliser entre 2 et 4 séances en fonction de la nature du produit.

Le but de la prise en charge est d’éviter la fibrose et de favoriser une meilleure intégration du produit tout en évitant sa résorption. Elle peut également être utilisée pour traiter des nodules apparus chez des patients injectés par d'autres praticiens et n'ayant pas bénéficié de cette prise en charge précoce. Enfin, en cas d’asymétrie, ces techniques permettent de rétablir une répartition plus homogène et plus équilibrée du produit.

 

                     

 

Différentes manœuvres multidirectionnelles peuvent être utilisées de manière manuelle ou instrumentale (Technique LPG®) sur toute la surface d’injection. Combinés aux injections, la Technique LPG® permet d’en majorer les effets et d’augmenter la durée de vie du résultat final.

À distance de l’injection, ces stimulations mécaniques, vont permettent un véritable effet «boostant», couplant deux effets :

– une augmentation de fixation d’eau par l’acide hyaluronique spontanément présent et injecté dans le derme, grâce à l’effet des manœuvres sur la circulation;

– une stimulation de la synthèse d’élastine et d’acide hyaluronique.

A la fin de chaque séance, un drainage lymphatique manuel est réalisé pour permettre une résorption plus rapide des éventuelles ecchymoses et apporter un effet apaisant.

 

Au final…

Si le rôle du kinésithérapeute dans les autogreffes de cellules graisseuses reste occasionnel et réservé au complications, la place du kinésithérapeute dans la prise en charge post-injectionnelle en médecine esthétique est actuellement indiscutable. En associant ces séances à une bonne hygiène de vie du patient (éviter la déshydratation et les expositions au soleil intempestives), on augmente la durée d'efficacité de l'injection. Cette prise en charge par kinésithérapeute spécialisée apporte l’optimisation du résultat final. En effet, aucun nodule n’est apparu chez les patients pris en charge avec une répartition du produit plus homogène. On peut parler de véritable « kinésculture » faciale.

 

Source :

Masso-kinésithérapie faciale postinjectionnelle en médecine esthétique. BRETON-TORRES I., LEFEBVRE C., JAMMET P. Kinésithérapie Scientifique 2014 ; 554 :15-21.

Nouveau call-to-action
Nouveau call-to-action