Le Bilan Diagnostic Kinésithérapique (BDK) a pour objectif d’établir un protocole de soins complet et individualisé. Il vise aussi à prendre le temps d’échanger avec le patient. Véritable outil pour récolter des informations et pour améliorer la qualité de la prise en charges des soins, le bilan est donc une étape très importante ! Comment réussir à impliquer son patient et le rendre acteur de sa rééducation ? Comment lui donner envie de se prendre en main et de progresser rapidement et durablement ? 

Florence Charpentier, formatrice et experte des technologies LPG® depuis plus de 25 ans, partage son expérience vis-à-vis de sa relation avec ses patients. 



Comment motiver son patient dès le bilan ? 

Pendant trop longtemps, le patient est resté passif dans le système de santé. Il n’était pas acteur de sa prise en charge. Aujourd’hui, les temps ont changé, surtout en masso-kinésithérapie : le patient est invité à s’impliquer et à participer activement à sa prise en charge afin de se rétablir plus rapidement. Mais pour cela, il doit faire preuve de motivation ! 

Le rôle du masseur-kinésithérapeute est d’impliquer son patient dès le début du processus. Comment ? Il est primordial d’établir des objectifs de rééducation clairs, à court, moyen et long terme. Il faut également que le patient se projette dans l’avenir et qu’il visualise les bienfaits que peut avoir le traitement dans sa vie future. 

Quelles sont les conséquences des technologies LPG® sur l’implication du patient ? 

Utiliser des technologies dès la première séance du bilan s’avère efficace pour stimuler son patient. Grâce au caractère ludique des appareils tel que Huber® 360 Evolution, celui-ci devient rapidement actif, autonome et acteur de sa prise en charge : il peut mieux appréhender le programme de rééducation, analyser sa séance et observer les répercussions de sa prise en charge. En étant actif, le patient est aussi en capacité d’analyser son engagement et de se motiver pour aller encore plus loin au fil du programme de rééducation. 

Du côté du masseur-kinésithérapeute, les technologies LPG® permettent de gagner du temps via l’automatisation des bilans, l’impression des résultats et le suivi en temps réel des évolutions du patient. 


Comment j’aborde le bilan avec mon patient

Comment guider mon patient vers un meilleur bien-être ? 

Extrêmement bénéfiques pour la santé, les exercices effectués chez le masseur-kinésithérapeute ne peuvent pas être répétés à l’infini, même face à des patients qui éprouvent des difficultés à sortir de la sédentarité. Pour les encourager à se prendre en main et à avoir un autre rapport avec leur corps, le kinésithérapeute peut les orienter vers des soins hors nomenclatures tournés vers le bien-être via une ordonnance de soins. 

 

« Certains patients se laissent porter. Il revient alors au masseur-kinésithérapeute de les faire sortir de leur passivité et de l’assistance afin de les rendre plus responsables. Cela peut passer par un basculement dans l’esthétique avec des soins qui les invitent à prendre soin d’eux-mêmes et à adopter un mode de vie plus sain. », ajoute l’experte.  

Adopter les technologies LPG®, c’est s’inscrire dans un cercle vertueux de rentabilité et de mise en réussite pour les MKDE. Dès la première séance, il est plus facile d’identifier le parcours du patient et de le motiver à se rétablir plus rapidement. Pour les patients dits « chroniques », les appareils LPG® permettent de prolonger la prise en charge de manière plus responsable : pour le masseur-kinésithérapeute, c’est aussi un moyen d’établir une autre relation plus apaisée et de diversifier son quotidien.  

MKDE : utilisez le bilan pour booster votre business
Nouveau call-to-action