Obligatoire pour définir un protocole sur mesure, le Bilan Diagnostic Kinésithérapique (BDK) est la première étape dans les traitements thérapeutiques. Les soins esthétiques pratiqués par les masseurs-kinésithérapeutes nécessitent également de réaliser un bilan. Concrètement, comment évaluer le patient et analyser les problématiques ? Comment définir des objectifs de rééducation ou de bien-être ? Tandis que de nombreux praticiens manquent de temps pour faire un profond état des lieux, les technologies LPG® permettent de gagner en efficacité ! 

Florence Charpentier, formatrice et experte des technologies LPG® depuis plus de 25 ans nous éclaire sur le déroulement du bilan. 



Le bilan, un outil indispensable pour démarrer un traitement

Alors que le Décret n°96-879 du 8 octobre 1996 a rendu obligatoire le Bilan Diagnostic Kinésithérapique, la première étape d’une prise en charge vise à mieux connaître le patient. Même si ce dernier n’est pas inconnu au sein du cabinet de kinésithérapie, il est indispensable de faire un nouveau bilan pour comprendre sa pathologie et ses besoins. 

 

« L’objectif du bilan est de recueillir le plus d’informations possible pour créer un plan de rééducation. Pour cela, il faut analyser l’état du patient à travers un interrogatoire, une inspection et une palpation. », explique Florence Charpentier.

 

État de la douleur, bilan cutané trophique (analyse de la peau et de la circulation, aussi bien lymphatique que circulatoire), bilan des articulations, bilan des déficits (articulaires et musculaires), bilan morphologique et bilan fonctionnel… Rien ne doit être oublié pour déterminer les objectifs et les moyens à mettre en place. 

 

« Lorsqu’il s’agit de préoccupations esthétiques, nous devons comprendre les raisons qui poussent un patient à (re-)venir dans notre cabinet. Parfois, certains patients ayant été suivis pour une pathologie souhaitent se sentir mieux dans leur corps. Cicatrices profondes, marques cutanées visibles… Il est important de comprendre ce qu’elle est leur motivation. », poursuit l’experte. 

Pourquoi utiliser les technologies LPG® lors du bilan ?

Les masseurs-kinésithérapeutes sont confrontés à des plannings chargés et des semaines de travail intenses. Pour gagner en rapidité et en efficacité, ils peuvent heureusement s’appuyer sur des technologies innovantes, à l’image d’appareil Huber 360® Evolution. Celui-ci permet de réaliser différents tests fonctionnels en un temps record : 

  • Test de stabilité, 
  • Test unipodal,
  • Test de marche,
  • Test de limite de stabilité,
  • Test de restriction de mobilité,
  • Test de force, 
  • Test de coordination. 

 

Performante, la technologie Huber 360® Evolution récolte les données et les informations pour établir un diagnostic précis et complet. Mieux, elle offre la possibilité de suivre pas à pas l’évolution du patient, tout en stimulant la motivation de ce dernier ! 


Le bilan, comment je le fais

Comment les technologies LPG® impactent la motivation des patients ?

La technologie Huber 360® Evolution permet une ultra personnalisation et la création de programmes sur-mesure. Pour le masseur-kinésithérapeute, c’est un moyen de gagner en efficacité et donc en rentabilité. Mais c’est aussi un outil pour sensibiliser les patients ! 

 

« Les appareils comme Huber 360® Evolution sont ludiques et interactifs. Ils permettent aux patients de savoir où ils en sont physiquement lors du bilan, ainsi qu’au fil des séances. Certains sont très stimulés par ce type d’appareil : cela leur donne envie de se dépasser et de « battre » le record de la séance précédente. »

 

Aujourd’hui, les masseurs-kinésithérapeutes n’hésitent plus à s’appuyer sur des outils clés en main pour gagner du temps et offrir des soins de qualité. Rentables, ces technologies sont avant tout un moyen d’accompagner les patients vers un certain bien-être dès l’étape du bilan !

MKDE : utilisez le bilan pour booster votre business
Nouveau call-to-action