Selon le dernier rapport démographique de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes, 85,3% des masseurs-kinésithérapeutes exercent en libéral ou mixte (salariat / libéral). Ce chiffre explique l’importance de la question des impôts pour la profession, car en tant que travailleur indépendant, le masseur-kinésithérapeute est particulièrement taxé

Cet article vous donne les grandes lignes de la fiscalité du masseur-kinésithérapeute et vous donne des solutions pour vous épauler.

Merci à Philippe AUBERT, Associé chez Mazars, pour les précisions sur le sujet.

 

Comprendre la fiscalité de ma profession 

URSSAF et CPAM

Tant que vous pratiquez des actes conventionnés, vos cotisations de l’assurance maladie sont prises en charge par l’URSSAF et l’Assurance maladie. Votre cotisation annuelle sur les bénéfices des revenus conventionnés est alors de 3,35%.

En revanche, vous êtes davantage taxés sur les prestations qui ne sont pas remboursées par la sécurité sociale. Vos cotisations annuelles sur les bénéfices des revenus non conventionnés s’élèvent à 9,75%.

Et, votre part d’honoraires hors nomenclature est importante dans votre revenu, moins la prise en charge par l’URSSAF est élevée.

 

Si l’on compare un masseur-kinésithérapeute qui ne propose que des prestations conventionnées et un masseur-kinésithérapeute qui exerce hors nomenclature, il peut y avoir 9 points de différence sur des charges sociales, c’est-à-dire 30% d’imposition en plus. 

TVA 

Il n’y a pas de TVA sur les actes conventionnés. Vous êtes assujetti à la TVA si vous facturez plus de 33 200€ de prestations hors nomenclature. Cela représente 20% de vos recettes.

professions libérales-masseur-kinésithérapeute-taxées

Quelles solutions pour m’aider ? 

S’appuyer sur une solution informatisée

Pour un masseur-kinésithérapeute qui pratique uniquement des actes conventionnés, il y a un lien direct entre le temps passé à soigner ses patients et son chiffre d’affaires.

 

En tant que professionnel qui déclare aux impôts, vous avez déjà des obligations fiscales imposées par la DGFIP, qui est le suivi des recettes et des dépenses. Une solution informatisée vous aide à :

  • Gérer efficacement vos RDV et vos plannings, 
  • Conserver en toute sécurité les données de vos patients, 
  • Création de devis pour les actes déconventionner,
  • Bénéficier de la télétransmission,
  • Suivre les recettes et les dépenses de votre cabinet. 

 

Avec une solution informatique vous pouvez répondre à toutes les obligations et vous gagnez un temps précieux sur des tâches administratives que vous ne facturez pas.

 

Faire appel à un expert-comptable

L’informatique facilite également le travail de l’expert-comptable donc vous pourrez négocier ses honoraires. Comme vous, il facture la plupart du temps à l’acte. 

Le recours à un expert-comptable n’est pas obligatoire, mais c’est fortement recommandé. Dès votre installation en libéral, un professionnel de la fiscalité paramédicale pourra vous conseiller dans le choix de votre statut en fonction de votre situation et de votre projet. Ensuite, il sera à vos côtés pour vous accompagner dans vos projets d’investissement mais également pour parler du financement de votre retraite. 

 

N’hésitez pas à prendre contact avec l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes pour échanger au préalable sur vos projets. Les membres de votre région pourront vous partager leurs contacts.

bouton livret soins hors nomenclature
Nouveau call-to-action