Avant d’établir un traitement, le masseur-kinésithérapeute doit comprendre les besoins de son patient. Essentiel à une bonne prise en charge, le bilan est la première étape : il permet d’établir un diagnostic et de déterminer un plan de traitement personnalisé au regard des problématiques identifiées. Pour aider les praticiens lors de cette première phase de prise en charge, LPG® a développé des technologies performantes, comme le Huber 360® Evolution et Cellu M6® Alliance.

Florence Charpentier, formatrice et experte des technologies LPG® depuis plus de 25 ans, nous éclaire sur l’importance du bilan.



Pourquoi le bilan est un outil essentiel au masseur-kinésithérapeute ? 

Lorsqu’un patient arrive dans un cabinet de kinésithérapie, il est muni d’une prescription par rapport à une pathologie. Il peut également présenter un certain nombre de symptômes. Le masseur-kinésithérapeute doit alors réaliser un bilan thérapeutique. Cette première étape vise à établir les « déficits » et les problématiques en fonction de la pathologie identifiée. Mieux, elle doit permettre de définir des objectifs de rééducation, les moyens utilisés pour parvenir à résoudre ces problématiques, ainsi qu’un protocole de rééducation. 

Notons par ailleurs que le Bilan Diagnostic Kinésithérapique, appelé aussi BDK, est encadré par la loi : le Décret n°96-879 du 8 octobre 1996 a rendu obligatoire le BDK et préconise de réaliser trois bilans au cours du traitement du patient : avant, pendant et après les soins. 

« Lorsqu’un patient vient dans notre cabinet pour des soins esthétiques, il est également indispensable de réaliser un bilan. Celui-ci est différent du bilan thérapeutique, car le patient arrive avec une attente particulière. En tant que praticien, nous devons alors comprendre les motivations afin de garantir une satisfaction client. », précise Florence Charpentier. 

 

À lire aussi : Le bilan, comment je le fais ?

 

Pourquoi intégrer les technologies LPG® dans un bilan ? 

Inspection, interrogatoire, palpation… C’est lors de la première séance que le masseur-kinésithérapeute réalise le bilan. Celui-ci doit être complet pour garantir des résultats optimaux. Pour cela, les technologies LPG® s’avèrent particulièrement intéressantes ! 

« Le Cellu M6® Alliance permet notamment d’identifier des symptômes de douleur, de fibrose, d’adhérence, de cicatrice, de tension musculaire… Tout ce qui se rapporte au tissu conjonctif. », explique Florence Charpentier. “La technologie Huber 360® Evolution est aussi indispensable pour réaliser des tests fonctionnels - tests de stabilité, de marche, de limite de stabilité, de force…-  et mieux adapter ensuite son protocole de rééducation.”

Le bilan pourquoi cest important

En quoi les technologies LPG® aident à l’organisation du masseur-kinésithérapeute ? 

Aujourd’hui, de nombreux praticiens sont confrontés à une surcharge de travail : cahier de rendez-vous complet, liste d’attente importante… Face à ce constat, les technologies LPG® sont un atout : elles permettent de gagner du temps et d’être plus efficace. Ainsi, il est possible d’avoir un turn-over plus important et d’obtenir des résultats plus rapidement. 

 

« Les technologies LPG® participent à la rentabilité du cabinet. Les patients quittent la rééducation plus rapidement, libérant du temps pour de nouveaux patients et pour se spécialiser ou proposer des soins hors nomenclatures. », poursuit l’experte. 



Les technologies Huber 360® Evolution et Cellu M6® Alliance sont des outils qui participent à la mise en réussite des masseurs-kinésithérapeutes. En plus de simplifier l’étape du bilan et de gagner un temps précieux, elles donnent également confiance au patient qui peut recevoir son bilan et suivre ses évolutions. Mais ces technologies répondent aux attentes des praticiens en termes d’évolution de carrière et de montée en compétences, que ce soit pour des soins thérapeutiques et/ou soins esthétiques.

MKDE : utilisez le bilan pour booster votre business
Nouveau call-to-action